Partager ce site sur Facebook    Qui sommes-nous   Recommander ce site   Page de démarrage    Nos liens    Infos navigation    Mentions légales    Contact   

Accueil
Vues sur Yaoundé
Yaoundé suite 1
Yaoundé suite 2
Autour de la table
La bonne viande
Visite au village
Kribi la belle
Autour de Kribi
Chez les pygmées
Douala le grande
Douala suite 1
Douala suite 2
Ngaoundéré
Nord & Extrême Nord
Maroua authentique
Tour d'horizon
Tour d'horizon suite
Foumban
Foumban suite
Bafoussam
Bafoussam suite
Autour de Bafoussam

Ebom Essowa
Ebom Essowa suite
Notre mariage
L'épreuve des taxis
Bamenda
Bafut et environs
Kumbo et Oku
Kumbo et Oku suite
Le Mont Cameroun
Buéa l'Anglophone
Limbé la balnéaire
Expressions locales
L'artisanat local
Ebolowa
Les bonnes adresses
La gastronomie
Les cartes détaillées
Lions Indomptables
Mon argumentaire
Notre Livre d'or
Nos liens
L'avatou' Cam
Suggestions tourisme
Les hébergements
Formalités de départ
Vivre au Cameroun
Mentions légales







mesure d'audience


Yaoundé est la capitale politique du Cameroun, elle a connu son plein essor suite à son indépendance en 1960, c’est la ville aux sept collines, dont le mont Mbankolo et le célèbre mont Fébé " la plus belle vue de la ville" qui culmine à environ 1000 mètres. La ville s’étend sur environs 12 km. Les bas de versants, sont inondables il y a des risques de glissements de terrain. La vie de Yaoundé est essentiellement basée sur son rôle de capitale, le reste étant axé sur les nombreuses institutions internationales et représentations diplomatiques présente. On accède à Yaoundé par tous les moyens de transports modernes, avion, train, autobus, taxi de ville. L’aéroport international se trouve en périphérie de la ville, il porte le nom de "Yaoundé Nsimalen ". C’est la ville des Ewondos dont le célèbre chef ancestral est Charles Atangana. La ville compte environ 1 million et demi d’habitants.

Le sanctuaire marial de Mvolyé
 
Capable d'accueillir 3.500 fidèles, avec une ouverture s'étendant sur une esplanade extérieure d'une capacité de 20.000 personnes.

Le sommet de la colline de Mvolyé
 
Fief de l'Église catholique où les premiers missionnaires pallotins allemands se sont installés le 13 février 1901. Au fond, la paroisse inaugurée en 1906. Arrivés à Douala en 1890, les missionnaires catholiques s'installèrent d'abord près de la côte, sur le bord du fleuve Sanaga, puis à Edéa et Kribi en 1891, à Engelberg en 1894 et à Douala en 1898, ils commencèrent l'évangélisation de l'intérieur à partir de 1901. Yaoundé devint rapidement la mission la plus florissante. Les populations au sud du Nyong manifestèrent rapidement leur sympathie pour le christianisme.

Un fabricant de meubles à Yaoundé
 
Comme partout dans le monde, au Cameroun il y a des fabricants de meubles, mais ceux-ci ne connaissent pas le placage, ni le sapin par conséquent les meubles sont en bois massif et très lourd.

Le monument de la réunification
 
Février 1961, la partie méridionale du territoire sous tutelle britannique choisit, par référendum et à une écrasante majorité d’accéder à l’indépendance et de se rattacher à la République du Cameroun, c’est la réunification du Cameroun, ce symbole de la réunification du Cameroun francophone et anglophone, se situe juste après l'Assemblée nationale sur le Boulevard de la réunification quartier Ngoa-Ekelè, proche de l'ambassade de France.

Une des grandes banques du Cameroun
 
La CCEI BANK, elle se trouve au quartier de l’hippodrome, proche de l’hôtel de ville de Yaoundé et face à la CNPS. D’autres banques existent au Cameroun, comme la SGBC, la banque BICEC, le Crédit lyonnais, le Crédit Agricole, Caisse d’épargne de la Poste, etc.

Vers le lycée bilingue, les vendeuses de beignets
 
Cuits sur place, certains les mangent aussi accompagnés de haricots rouges et de piment. D’autres les dégustent avec de la bouillie (Maïs fermenté, écrasé et cuit avec de l’eau) en général ils sont consommés sur place.

Vue du haut de Djoungolo
 
En bas juste devant l’immeuble blanc le collège Jonston

Le marché de Mokolo
 
Autre endroit populaire à Yaoundé, mais contrairement au marché central il s’étale.

Les vendeurs de vêtements au marché de mokolo
 
Le marché de mokolo vu d’un angle différent. Ce marché comme celui du Mfoundi ou le marché central a lieu chaque jour.

Les vendeurs à la sauvette
 
Il est fréquent de voir en ville des marchands de chaussures ou de vêtements souvent des vendeurs à la sauvette. La qualité y est souvent médiocre et les prix élevés au départ, encore une fois la négociation est de rigueur, c’est un sport national. Pour nous Européens, c’est une autre vie, mais on s’y fait rapidement, quand un blanc passe par là, on entend crier à tutête eh beau frère, beau frère vient me donner la recette, ce qui veut dire qu’il faut sauver sa journée et lui acheter quelque chose. Je conserve une bonne image de ces vendeurs de la rue Kennedy, ils sont sympas et ne manquent surtout pas d’argumentations pour vendre. Vous remarquerez également sur la photo un marchand de pâtisserie ( beignets sucrés ) avec sa charrette, aussi la couleur rouge du sol, c’est la poussière omniprésente sur les routes du pays.

Les vendeurs de chaussures
 
D’autres vendeurs à la sauvette, leurs surnoms " les sauveteurs " à Yaoundé, ces vendeurs sont en éternel conflit avec la police car il est interdit de vendre sur le trottoir. Lorsque la police arrive, ils se sauvent à toutes enjambées.

Véhicule publicitaire des magasins Niki
 
Les magasins Niki sont des lieux aussi grands que les supermarchés et ou toutes sortes d’articles sont vendus, bazar, électroménager, alimentation, etc, ce sont des supermarchés typiquement camerounais, il y en a à chaque coin de la ville, pour ceux implantés à Djoungolo et à Mokolo ils sont en fait d’anciens cinémas que la crise économique à fait faillir. La mascotte de ces magasins étant les Blues Brothers.

Divers commerces en ville
 
Ils peuvent donner l’impression de farfouilles, mais il n’en est rien, car les boutiquiers y rangent leurs produits avec méthode et comme le veut la tradition au Cameroun il faut négocier avant d’acheter, car les prix sont libres et les produits pas étiquetés. Si vous êtes Européens les vendeurs vous voient arriver de loin et les prix peuvent passer du simple au quadruple en quelques secondes.

Sur la colline de Djoungolo les Châteaux d’eau
 
C’est le quartier à Mylène celui-ci possède sa Faculté de Théologie protestante, son temple, son cabinet dentaire, son hôpital, et son école maternelle, ce quartier se trouve prés du rond-point Nlongkak à Yaoundé

Le temple de Djoungolo au crépuscule
 
Le temple de Djoungolo, est le premier lieu d’implantation de l’église presbytérienne au Cameroun, construit uniquement de pierres, il date de 1937 c’est l’oeuvre de William JONSTON "1868-1953" de nationalité américaine et premier missionnaire. La maman de Mylène est Diaconesse de l'église presbytérienne camerounaise depuis de longues années. C'est également là ou a eu lieu la cérémonie religieuse de notre mariage.

L’école maternelle de Djoungolo
 
Rien à voir avec nos écoles, mais les cours donnés dans l’enseignement camerounais sont calqués sur ceux de l’enseignement français. Bon nombre de coopérants français travaillent dans l'enseignement au Cameroun.

Les bananiers que Mylène a plantés
 
Il y a quelques années toute la parcelle de terre était plantée de bananiers, l’arbre que vous voyez derrière est un manguier.

Les petites boutiques en bois
 
Ce genre de petites boutiques se trouvent un peu partout à Yaoundé, on y vend de tout, même des médicaments à l’unité. Voyez aussi la route qui passe devant la boutique, lorsqu’il pleut cela forme une boue appelée au Cameroun le Poto-poto.


Copyright www.souvenirducameroun.com ® Mylène et Christian date de 1ière édition le 28/01/2004. Tous droits réservés reproduction interdite même partielle.