Partager ce site sur Facebook    Qui sommes-nous   Recommander ce site   Page de démarrage    Nos liens    Infos navigation    Mentions légales    Contact   

Accueil
Vues sur Yaoundé
Yaoundé suite 1
Yaoundé suite 2
Autour de la table
La bonne viande
Visite au village
Kribi la belle
Autour de Kribi
Chez les pygmées
Douala le grande
Douala suite 1
Douala suite 2
Ngaoundéré
Nord & Extrême Nord
Maroua authentique
Tour d'horizon
Tour d'horizon suite
Foumban
Foumban suite
Bafoussam
Bafoussam suite
Autour de Bafoussam

Ebom Essowa
Ebom Essowa suite
Notre mariage
L'épreuve des taxis
Bamenda
Bafut et environs
Kumbo et Oku
Kumbo et Oku suite
Le Mont Cameroun
Buéa l'Anglophone
Limbé la balnéaire
Expressions locales
L'artisanat local
Ebolowa
Les bonnes adresses
La gastronomie
Les cartes détaillées
Lions Indomptables
Mon argumentaire
Notre Livre d'or
Nos liens
L'avatou' Cam
Suggestions tourisme
Les hébergements
Formalités de départ
Vivre au Cameroun
Mentions légales







mesure d'audience


Entrée de la ville de Foumban
 
Foumban est la capitale du royaume Bamoun.


Autre vue de l'entrée de la ville
 
Située à 72 km de Bafoussam sur une route bitumée, attention aux paysans locaux qui sèchent sur le bord des routes le "manioc et le maïs".

Foumban fût fondé au XVe siècle par Ncharé Yen est l'une des plus anciennes villes du Cameroun. À forte dominance musulmane, l'islamisation du peuple Bamoun remonte à la fin du siècle dernier sous le règne du célèbre Sultan Ibrahim Njoya la dynastie Bamoun subsiste depuis plus de 600 ans, c'est l'autre grande ethnie de l'Ouest camerounais avec les Bamilékés. Le royaume est constitué d’un haut plateau à l’ouest, surmonté de trois massifs alignés Mbapit, Nkogham et Mbam et d’une plaine encaissée au pied de la falaise à l’Est de Foumban, cette plaine longe la rive du Mbam jusqu'au point de confluence avec le Noun près de Bafia.


Le sultanat "Palais du roi Njoya"
 
Il a été construit en 1917


L'entrée du sultanat
 
Le roi Njoya fut désigné successeur par son père à l'âge de quatre ans et monta sur le trône à l'âge de 15 ans.

Statue du roi Njoya sur son cheval
 
Autoritaire, il fit néanmoins beaucoup pour le peuple Bamoun. En dehors du Palais, c'est lui qui instaura la religion de ce peuple "mélange de Christianisme, d'animisme et d'islamisme" il créa également une écriture particulière comportant 83 caractères.
Arbre généalogique au Sultanat
 
Il reprend la dynastie du sultanat composée de: Ncharé Yen, Ngouopou, Monjou, Mengap, Ngouh I, Fifen, Ngouh II, Ngapna, Ngoulouré, Kouotou, Mbouombouo, Gbetnkom, Mbiekouo, Ngouhouo, Ngoungouré, Nsangou, Njoya Ibrahim, El hadj Seidou, Njimoluh Njoya, Ibrahim Mbombo Njoya.
Statue du sultan Njoya
 
Selon les dires, il apparaîtrait que Njoya a créé une imprimerie. Selon certains, il la détruisit lui même. Selon d’autres, ce sont les colons français qui la détruisirent et interdirent l’usage de l’écriture Bamoun craignant qu'elle serve de facteur unificateur à une possible rébellion

Tombe de la Reine Njamdounke
 
Mère du sultan Njoya, elle assuma la régence avant la majorité de son fils

Place des cérémonies du sultanat
 
Célèbre fête traditionnelle Bamoun, les festivités du Nguon sont organisées tous les deux ans. A l'origine, le Nguon était une cérémonie du peuple Tikar qui avait lieu tous les ans, les festivités sont devenues avec le temps un événement majeur chez les bamouns elles donnent lieu à de grands rassemblements ou beaucoup de chefs traditionnels du Nord, Nord Ouest sont conviés.

Mosquée centrale de Foumban
 
Située au centre-ville près du marché et non loin de la statue du roi Njoya

Préfecture et place des fêtes à Foumban
 


Maison du grand Tam-Tam place du sultanat
 
Maison sacrée c'est là que se trouve le grand Tam-Tam Bamoun qui est frappé pour appeler la population lors des événements importants.


L'axe routier Bafoussam-Foumban
 
Les péages sont nombreux sur cet axe routier, tous plus étranges les uns que les autres.

Copyright www.souvenirducameroun.com ® Mylène et Christian date de 1ière édition le 28/01/2004. Tous droits réservés reproduction interdite même partielle.