Partager ce site sur Facebook    Qui sommes-nous   Recommander ce site   Page de démarrage    Nos liens    Infos navigation    Mentions légales    Contact   

Accueil
Vues sur Yaoundé
Yaoundé suite 1
Yaoundé suite 2
Autour de la table
La bonne viande
Visite au village
Kribi la belle
Autour de Kribi
Chez les pygmées
Douala le grande
Douala suite 1
Douala suite 2
Ngaoundéré
Nord & Extrême Nord
Maroua authentique
Tour d'horizon
Tour d'horizon suite
Foumban
Foumban suite
Bafoussam
Bafoussam suite
Autour de Bafoussam

Ebom Essowa
Ebom Essowa suite
Notre mariage
L'épreuve des taxis
Bamenda
Bafut et environs
Kumbo et Oku
Kumbo et Oku suite
Le Mont Cameroun
Buéa l'Anglophone
Limbé la balnéaire
Expressions locales
L'artisanat local
Ebolowa
Les bonnes adresses
La gastronomie
Les cartes détaillées
Lions Indomptables
Mon argumentaire
Notre Livre d'or
Nos liens
L'avatou' Cam
Suggestions tourisme
Les hébergements
Formalités de départ
Vivre au Cameroun
Mentions légales







mesure d'audience


Charles un de nos taximans, psitt étoa méki 100, 100
 

Un autre de nos taxis et son chauffeur, celui-là été hyper courageux et très gentil.
 
Pendant ce long séjour au Cameroun, plus d' un an consécutif, nous avions pris la décision de mettre des taxis en place pour faire des affaires.

Comme je suis originaire du Nord de la France "Hazebrouck" situé à environs 7 km à vol d’oiseau de la frontière belge, je suis donc retourné chez moi 15 jours juste le temps d’acheter ces voitures d’occasion en Belgique, que je fis parvenir au Cameroun par voie maritime.

Cela fût une formidable expérience, Mylène et moi-même avons été confrontés à multiples problèmes, car les routes africaines abîmes beaucoup les véhicules, mais bon on a eu la chance d’avoir de bons et honnêtes chauffeurs, sauf un que je ne nommerai pas qui a été dévoyé par une personne peu scrupuleuse, mais c’est la vie et il faut faire avec.

En général la prise en charge coûte 150 FCFA soit env. 25cts d'euros. Les taxis au Cameroun comme en Afrique en général sont jaunes ils sont repérables de loin. Ce sont des taxis de ramassage, il n'est pas rare de vous retrouver à 6 dans le même taxi, les taximen sont souvent confrontés aux policiers "les mangent milles" qui trouvent toutes sortes d’astuces pour détourner un billet de milles francs CFA d’où leurs surnoms, je me souviens aussi d’un jour ou un gendarme était monté dans notre taxi, il avait un peu forcé sur la Guinness, il nous a conté son histoire ou il avait acheté les gésiers de crevettes au marché pour sa femme ( à mourir de rire) le pire c’est qu’il était sérieux, il fallait surtout pas le contrarier dans ses propos.

Il y a aussi les OPEP, taxis qui ne sont pas réglementés et qui ne partent que lorsqu'ils sont complets soit 8 personnes. Amusant, mais gare au dos cassé, Ces OPEP, desservent les quartiers éloignés du centre-ville ou alors l'aéroport situé à Nsimalen à 25 km de Yaoundé. Pour prendre un taxi au Cameroun, la méthode est à la fois simple et terriblement déroutante, il suffit de se placer au bord de la route pour crier la destination au taximan qui passe par là en ralentissant, mais sans s’arrêter, si la destination convient, il klaxonne et s’arrête c’est le signal que c’est OK il accepte la destination alors vous montez dans le taxi.

Lorsqu’une ou deux personnes se trouvent sur la route, ce n’est pas compliqué, mais quand dix, voir quinze ou trente personnes sont là, toutes prêtes à crier le plus fort possible où aller, alors là ça se corse un peu.

Il n’est pas rare non plus que le siège arrière du taxi soit défoncé, je me souviens d’un jour ou assis dans l’un d’eux j’avais les genoux qui arrivaient à hauteur du menton, ou alors vous aurez le bassin qui vous fera une petite danse de droite à gauche tellement les pneus sont usés ce qui donne pour effet d’avoir les roues voilées.

J’ai conduit au Cameroun et c’est à cette occasion que j’ai bien remarqué que dans ce charmant pays le Code de la route est aléatoire, en fait c’est chacun qui a sa version du Code ROUSSEAU, donc les plus habiles usent du culot pour forcer le passage " ça passe ou çà casse " mais quand les voitures cognent alors là une seule consigne "patience et sang-froid " car avant d’engager quelque constat que se soit, il faut passer par les traditionnels noms d’oiseaux qui fusent de tout les côtés on appelle cela au Cameroun faire le sissia ces conversations peuvent durer au moins une heure si les forces de l’ordre n’interviennent pas, le constat sera certainement fait dans un bar quelconque, pendant ce temps-là, vous êtes coincés dans les embouteillages avec la chaleur qui vous cogne la tête, mais que de belles rencontres! Assis entre un gérant de banque, un artiste, une mère et son enfant, un chômeur qui commente la situation du pays, les discussions y sont souvent captivantes, car les Camerounais sont très inspirés pour faire le commentaire, tout est sujet à moquerie et discussion.

À Yaoundé, 90% de la population se déplace en taxis, c'est le moyen de transport le plus efficace pour se déplacer d'un endroit à un autre. Pour les longues distances, des agences de voyages font circuler des bus ou minibus comme pour se rendre à Kribi, Douala, Buéa, etc. Il y a aussi les chemins de fer pour Douala et le nord du pays et la compagnie aérienne nationale camerounaise qui effectue des vols intérieurs.
À leurs arrivées de Douala, juste avant la mise en peinture.
 


Mylène pose avec la Nissan Bluebird
 


La Toyota Corolla et la Mitsubishi
 
Il faudra maintenant accomplir les formalités pour qu’elles deviennent taxis, pas vraiment simple ! Heureusement, un de nos amis nous a bien aidés pour entrer dans les administrations camerounaises.




C’est prêt à rouler maintenant, mais il manque encore les numéros de portières
 

C’est bon maintenant ils y sont!
 

Copyright www.souvenirducameroun.com ® Mylène et Christian date de 1ière édition le 28/01/2004. Tous droits réservés reproduction interdite même partielle.