Partager ce site sur Facebook    Qui sommes-nous   Recommander ce site   Page de démarrage    Nos liens    Infos navigation    Mentions légales    Contact   

Accueil
Vues sur Yaoundé
Yaoundé suite 1
Yaoundé suite 2
Autour de la table
La bonne viande
Visite au village
Kribi la belle
Autour de Kribi
Chez les pygmées
Douala le grande
Douala suite 1
Douala suite 2
Ngaoundéré
Nord & Extrême Nord
Maroua authentique
Tour d'horizon
Tour d'horizon suite
Foumban
Foumban suite
Bafoussam
Bafoussam suite
Autour de Bafoussam

Ebom Essowa
Ebom Essowa suite
Notre mariage
L'épreuve des taxis
Bamenda
Bafut et environs
Kumbo et Oku
Kumbo et Oku suite
Le Mont Cameroun
Buéa l'Anglophone
Limbé la balnéaire
Expressions locales
L'artisanat local
Ebolowa
Les bonnes adresses
La gastronomie
Les cartes détaillées
Lions Indomptables
Mon argumentaire
Notre Livre d'or
Nos liens
L'avatou' Cam
Suggestions tourisme
Les hébergements
Formalités de départ
Vivre au Cameroun
Mentions légales







mesure d'audience


Dernier regard sur Lolodorf avant de s'engager sur la piste
 
De retour aux sources, nous avons passé une journée agréable à Lolodorf, mais cette visite n'avait rien de touristique il fallait à tout prix aller dans la brousse "Une des plus denses du Cameroun" L'objectif était Ebom Essowa. Le temps de trouver nos infos, nous sommes partis pour un périple de 37 km de piste et de brousse pour atteindre la Lucas Mill qu'il fallait déplacer à tout prix.

Déforestation intensive pour la plantation de bananes
 
Une piste de plus en plus sèche et chaotique au fur et à mesure de notre progression, des nids de poules "voir d'autruches parfois" nous donnaient l'impression d'avoir le derrière carré "bonjour le mal de dos" et ou le bloc moteur du pick-up touchait le sol. Nous découvrons alors la déforestation pratiquée par un producteur de bananes "vous voyez les pousses en vert" cultures sur brûlis favorisant le rendement, mais néfaste pour l'érosion des sols lors des grandes pluies tropicales.

Le marigot ou les enfants vivants en pleine brousse aiment se baigner.
 
La photo ne laisse pas apercevoir la clarté de l'eau, par cette chaleur intensive au milieu de nulle part l'envie de plonger se fait sentir

Un arrêt en chemin pour saluer les autochtones
 
Les villageois apprécient beaucoup cet instant de rencontre .

C'est l'occasion d'une pause bien méritée pour ceux-ci
 
C'est aussi l'occasion d'échanger et de se faire de nouveaux amis.

Les bananes du Cameroun "Les meilleures"
 
Elles n'ont rien à envier à celles des Antilles, les bananes du Cameroun sont certes plus petites, mais bien meilleures que celles de Martinique. "Prix d'achat pour ces deux régimes 5000 FCFA" soit 7, 62 euros.
Traversée d'un village
 
Au sortir d'une forêt, nous traversons le village de Makalat, dans le fond l'autre forêt a traversé encore 5 km environ et nous sommes au point de chute.

Maison ou les forestiers passent leurs nuits
 
C'est juste pour dire de ne pas dormir à la belle étoile. Déçus, nous pensions trouver un des deux forestiers qui devaient prendre en charge la Lucas Mill, mais l'information que nous avons eue n'était pas bonne, notre gars était de retour au village, 1 h00 de marche en brousse pour rien.

La pause se mérite on en profite pour de détendre
 
Nous devions dormir là, mais après un bon moment de réflexion, Judith et moi avons décidé de dormir dans le pick-up.

En pleine brousse, un p'tit air "d'Indiana Jones"
 
Faut se mettre en condition au cas où.


En compagnie de mon ami "Isaac au centre" et de Thomas
 
Parce que je n'ai pas voulu dormir dans la petite maison, Isaac s'est bien moqué de moi, mais je lui ai fait comprendre que les fourmis ce n’est pas ma tasse de thé.

Enfin arrivé à Ebom Essowa
 
La fatigue est bien présente sur le visage de Judith, on mérite un bon coup à boire ce ne sera pas un superflu. Les gorges sont séches et pleines de poussières.

Ce n’est pas encore ce soir qu’on dormira dans un vrai lit, il faudra reprendre la route dès la première heure le lendemain matin, encore des kilomètres à parcourir, mais le plus dur est derrière nous. Heureusement que Isaac était là, il est apparu comme le bon samaritain. Il faut dire que Isaac est au courant de tout ce qui se passe à 40 km à la ronde il est connu de tous, et chacun le respecte.

Copyright www.souvenirducameroun.com ® Mylène et Christian date de 1ière édition le 28/01/2004. Tous droits réservés reproduction interdite même partielle.